© Monster Melodies 2019                                              9 rue des Déchargeurs 75001 Paris France                                    +33 1 40 28 09 39

Parution de l’album éponyme du groupe Eclosion sur le label Monster Mélodies Records 
Un enregistrement mythique dans l’histoire du rock underground français datant de 1972

Eclosion est un projet musical d’une bande d’amis musiciens Léon Cobra (fondateur du magazine de contre-culture le Tréponème bleu pâle), le guitariste Bernard Stisi (ex Primitiv’s) et Marc Blanc (batteur et guitariste d’Ame son). Une musique psychédélique indianisante, expérimentale et noisy enregistrée en analogique début 1973 sur un magnétophone Revox (le même qui servi à Rednoise pour enregistrer les effets sonores de l’album Sarcelles – Lochères en 1970) et avec l’aide d’une chambre d’écho pour un résultat extrêmement novateur.
Mais, le trio appelé à des destinées différentes, le projet restera stocké sur une étagère ainsi que le dessin de la pochette prévue à l’époque réalisé par le dessinateur Henri Aspic.
Edité pour la première fois, le disque numéroté à 1000 exemplaires seulement est en vinyle bleu présenté dans une couverture ouvrante portant de nombreuses autres illustrations et contenant une carte illustrée d’un collage de Léon Cobra ainsi qu’un numéro anniversaire de 20 pages du magazine Le tréponème bleu pâle, quarante ans après sa création. 

Kaléidoscope

 

Né en 1948, Bernard Stisi, guitariste flamboyant, leader des Primitiv's. Né en 1948, Léon Cobra, colporteur de l’imaginaire, fondateur du Tréponème Bleu Pâle. Né en 1949, Marc Blanc, batteur-chanteur-alchimiste, taulier d' AME-SON.

 

Ces sales gosses de l’après-guerre shootés au lait chocolaté Pierre Mendès France n’auraient sans doute jamais donné dans l'Underground s’ils n’avaient d’abord twisté surDactylo Rock des Chaussettes Noires. Magie du binaire, les enfants du Rock rejettent vite la pâle copie que leur offre les maisons de disques françaises pour cueillir les vinyles originaux, Presley, Cochran et Gene Vincent.

 

 Quelques séjours linguistiques plus tard, on les retrouve Outre-Manche fringués comme des Milords, les Mods ont bouffé les Rockers. Dandy is a Rolling Stone et ne boude pas son effet Larsen. Les cheveux poussent, les fleurs du désarmement s’incrustent sur les treillis ; on élucubre sur les autoroutes en redécouvrant Rimbaud et Tzara. On s’invente une traduction au feeling de Bob Dylan… Le Maître annonce quelque chose mais quoi ???

 

Et soudain tout pète, voilà la réponse, c’est le printemps 1968 !!! Les mois de mai-juin sentent plutôt le gaz lacrymogène et le chlore que le muguet. Des journées de fête, de dialogues, de liberté, de folie, de contacts… Des nuits de combats, d’injures, de trouille, de courses éperdues, de cauchemars et de larmes… Les enfants du baby-boom n’en sortiront pas indemnes. Le pays est coupé en deux pour une terrible décennie. Pour un 68-Art, plus possible de se taire, plus question de reprendre sa place dans le trafic. La libre-pensée, la libre parole laissent un goût amer, un parfum envoûtant comme une drogue… Justement ce fascinant haschisch, vanté par Baudelaire, sacralisé par la Beat Generation  poussent des milliers de hippies sur les routes d’Orient ; c’est le pèlerinage vers Kathmandu, le voyage initiatique du sâdhu.

 

Tandis que s’installent à Amsterdam et Copenhague de véritables îlots de contre-culture, un frémissement saisit la France. Né du triple impact des mouvements littéraires parisiens, du gauchisme et de la culture Pop-Rock, un mouvement souterrain tente de s’installer malgré la répression et la parano du pouvoir conservateur. Derrière les ténors, les personnalités médiatisées, les journaux à grande diffusion, des centaines de revues, de groupes, de troupes, de projets, de lieux vivront ainsi anonymes d’éphémères destinées.

ECLOSION est l'un de ces projets magiques totalement hallucinant, halluciné et ignoré. Des rencontres spontanées, des sessions improvisées, tard la nuit autour d'un Revox, un premier jet, une seule prise. ECLOSION est un album-concept acoustique où se mêlent les influences de l'après 68 ; textes teintés d'anarchisme, de mysticisme et de dadaïsme, musiques orientales, bruitisme et psyké-rock.

Mais ECLOSION, c'est d'abord les retrouvailles de trois amis, trois anciens copains de lycée à un moment clef de leur existence. La constitution d'un trio atypique dans le monde folk-rock.

 

1970. Léon Cobra vient de tailler la Grande Route, il rapporte une kyrielle d'instruments indiens mais aussi des chansons écrites au hasard des escales entre Kabul, Varanasi, Old Delhi ou Rameswaram. Il retrouve Bernard Stisi et lui propose le projet. Ils commencent à composer et à répéter.

1971. AME SON est dissous. Marc Blanc délaisse la batterie pour la guitare électrique et la flute traversière. Bernard Stisi s'essaie au sitar mais trouve à la 12 cordes son son, le son d' ECLOSION. Cobra  assure les percussions et éructe ses textes.

C'est avec cette formule originale qu'ils mettent les bouchées doubles à l'automne 1972. En trois mois, ils enregistrent une bande d'1H 30, compositions originales, chansons et poèmes en français. Marc Blanc dans son home-studio fignole la réalisation.

Le produit est terminé mais aussitôt abandonné sur une étagère.

En 1974, Léon Cobra fonde avec Henri Aspic, le Tréponème Bleu Pâle, l'un des fanzines les plus esthétisants de la Presse Underground française.

En 1975, les Primitiv's se reforment pour un revival avec les musiciens d'origine, Ils enregistrent quelques titres signés Cobra-Stisi-Blanc.  Un 45 tours illustrera bien plus tard cette épopée.

 

43 ans après voici enfin cet album mythique. 10 morceaux sélectionnés, restaurés, pour 42 minutes totalement inédites Et en prime, un numéro spécial du Tréponème Bleu Pâle. Un hors-série contenant les textes des chansons richement illustrés, des documents d'archives et la couverture originale d'Henri Aspic, réalisée en 1973 pour cet album.

Tracklist

A1 Eclosion

A2 Iondation

A3 L'amante Religieuse

A4 Varanacide

A5 Phonemes

B1 Devi Touch

B2 Eclosion 2

B3 Creve Salope

B4 Snake Dance

B5 Sombre Dans L'infini